Des soldats azéris ont-ils réellement profané des tombes arméniennes ?

En bref

  • Sur Twitter, deux vidéos accompagnées de la légende « Des soldats azerbaïdjanais détruisant des tombes arméniennes» ont été publiées le 26 novembre 2020
  • Originellement publiées sur TikTok, ces vidéos sont authentiques selon les recherches effectuées par JS
  • Selon les éléments recueillis par JS, les soldats sont effectivement des soldats azerbaïdjanais et le cimetière profané est arménien.
  • Le recoupement des communiqués officiels tend aussi à prouver cela

Date de première apparition

Non renseigné

Création de la fiche

2 décembre 2020

Lieu première apparition

Twitter

Dernière mise à jour

4 mai 2021

Actions entreprises par les journalistes

  • Contact source en Arménie afin d'identifier la langue utilisée par les protagonistes et de déchiffrer les éléments lisibles sur les lieux afin d'aider à la localisation du cimetière
  • Contact du ministère des Affaires étrangères arménien pour confirmation
  • Analyse vidéo (Invid) et rétrorecherche des images-clés
  • Remonter à la primo-publication TikTok
  • Tentative de géolocalisation du cimetière
  • Confirmer l'appartenance des soldats visibles à l'image aux forces azéries

Pistes et conclusions

L’analyse d’images, effectuée grâce aux outils Invid et Amnesty International, indique que la vidéo a d'abord été diffusée sur TikTok par @fakirmilyonku à 11h03 heure locale (12h03 heure française). Cette origine est confirmée par le logo du réseau social dans le coin de l’image. La vidéo a été ensuite largement partagée et commentée dans les médias et sur les réseaux sociaux comme ici sur Facebook, où le logo de TikTok est toujours apparent. Le compte Tiktok semble avoir été supprimé depuis.

Pour identifier les soldats, Journalistes Solidaires a vérifié que ces derniers parlaient bien la langue azérie. Par comparaison d'images, nous avons également retrouvé le fusil d'assaut qu'ils portent : il s'agirait d'un AK-74M, une arme de type Kalachnikov produit sous licence en Azerbaïdjan depuis 2011 et qui figurerait à l'inventaire des armes de l'infanterie azerbaïdjanaise. Les noms sur les pierres tombales sont quant à eux bien des noms à sonorité arménienne.

En décembre 2020, l'organisation Amnesty International a appelé à enquêter sur en urgence sur les crimes de guerre suite à l'analyse détaillée de 22 vidéos. Cette étude est à retrouver sur le site internet de l'organisation. De fait, ces vidéos capturent les exécutions extrajudiciaires et les traitements dégradants infligés à des prisonniers de guerre et autres captifs. Parmi ces vidéos, nous retrouvons également des extraits filmant la profanation de cadavres de soldats ennemis par les forces d’allégeance azérie.

Fautes d'informations plus précises nous permettant de confirmer ces pistes, Journalistes Solidaires a abandonné cette enquête pour le moment.

Médias

Non renseigné

Autres factcheck

Non renseigné

Sources sûres

  • Commmuniqué officiel azéri

    Communiqué officiel azéri confirmant l'arrestation (et la condamnation par la suite) de quatre soldats dont 2 pour la profanation de tombe et de lieux de recueillement en Haut Karabagh

  • Caucase : l'article à lire pour mieux comprendre le conflit dans le Haut-Karabakh

    Depuis fin septembre, de nouveaux combats opposent Azerbaïdjanais et séparatistes du Haut-Karabakh. Cette région montagneuse du Caucase, peuplée d'Arméniens, a proclamé en 1991 son indépendance, qui n'est pas reconnue par la communauté internationale.

  • L'Azerbaïdjan reprend un troisième district voisin du Haut-Karabakh
  • Haut-Karabakh : premier sommet d’après-guerre sous l’égide de Vladimir Poutine

    Le chef de l’Etat russe a réuni le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, et le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, trois mois après l’accord de cessez-le-feu.

  • Haut-Karabakh: déprédations du patrimoine religieux arménien

    Les premières profanations

    Des églises arméniennes ont déjà été profanées, dénonce de son côté Artak Beglaryan, défenseur des droits de l’homme de l’Artsakh, en affirmant sur twitter que «l’Azerbaïdjan a vandalisé la cathédrale ‘Kanach Zham’, dédiée à Saint-Jean-Baptiste» à Chouchi. La ville a été reprise par les forces azéries le 9 novembre 2020. La cathédrale Saint-Sauveur – Ghazanchetsots en arménien – une des plus grandes églises du monde arménien, à Chouchi, frappée le 8 octobre 2020 à deux reprises par les tirs des forces azerbaïdjanaises, est elle aussi menacée. Masis Mayilian, ministre des Affaires étrangères de la République d’Artsakh, a adressé une lettre à la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) Audrey Azoulay, attirant son attention sur des profanations et des actes de vandalisme commis par la partie azerbaïdjanaise contre les monuments historiques, religieux et culturels arméniens. 

Coordination

Non renseigné

Equipe assignée
  • Julien Cazenave
  • Mathilde Mazy

Vous disposez d’informations à propos de cette enquête ? Vous souhaitez nous transmettre un document ou un lien qui pourrait nous être utile ?

Journalistes Solidaires met à votre disposition un formulaire nous permettant de recueillir votre témoignage et de pouvoir éventuellement vous contacter par la suite. NE TRANSMETTEZ JAMAIS VIA CE FORMULAIRE DE DOCUMENTS OU D’INFORMATIONS CONFIDENTIELLES. Si vous souhaitez prendre contact avec nos journalistes rendez-vous sur la page d'acceuil de notre site.

Restez bref et concis

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable