La Belgique est-elle autorisée à administrer des médicaments pour les animaux aux patients ?

Consultez l'article consacré à ce sujet sur notre site

Des médicaments vétérinaires pour les hôpitaux belges et français ?

Sur RTL Info le 15 avril dernier, Philippe Devos confirmait que des hôpitaux belges allaient recevoir des médicaments à usage vétérinaire pour pallier une pénurie de sédatifs. Une rumeur qui est avérée aussi pour la France, et qui mérite quelques explications.

En bref

Selon l'article, le président de l'Absym Philippe Devos point "la situation dans les hôpitaux et une "pénurie" de médicaments et sédatifs " [...] “Il y a plusieurs hôpitaux à qui le gouvernement a dit: ‘on n’a plus de médicaments pour l’humain donc on va vous donner des médicaments pour chiens et chats. Ne vous tracassez pas, on a fait des tests, ça devrait aller’”

Date de première apparition

15 Apr 2020

Création de la fiche le

24 Apr 2020

Lieu première apparition

Non renseigné

Dernier update

14 May 2020

Actions entreprises par les journalistes

Côté belge : Interview de Philippe Devos, président de l’ABSYM et le chef des soins intensifs d’un hôpital de Liège. Contact de l'AFMPS, renseignements pris par téléphone avec Olivier Christiaens, porte-parole, et par échange de mails. Contact de l'APSAR

Côté français : Contact de Jean-Louis Humault, président du syndicat de l’industrie du médicament et du diagnostic vétérinaire. A redirigé vers Marie-Anne Barthélémy, secrétaire générale du syndicat de l'industrie du médicament et du diagnostic vétérinaire. A redirigé vers Laurent Flaus, président du laboratoire Axiance Contact de Pierre Lanot, secrétaire général du syndicat national des anesthésistes et réanimateurs de France, et lui-même anesthésiste réanimateur à l’hôpital d'Anthony.

Pistes et conclusions

BELGIQUE : La pénurie de certains médicaments entraîne la nécessité de recourir à des médicaments d'usage vétérinaire. (La France avait commencé 10 jours avant la Belgique). MAIS, actuellement, ces médicaments à usage vétérinaire sont exactement les même que des médicaments à usage humain, certifie Philippe Devos. C'est juste le terme "usage vétérinaire" sur l'ampoule, qui change. En revanche, si la crise s'aggrave, et que la pénurie se creuse, des médicaments vétérinaires avec des composants légèrement différents pourraient être administrés. On n'y est pas encore et c'est difficile de le prévoir. Il a détaillé que ces médicaments sont toujours testés (visite des usines des fabricants et garantie européenne.) D'après l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), le médicament à usage vétérinaire est donc le Proposure, qui contient les mêmes excipients que le Diprivan (son équivalent pour usage humain). C'est un sédatif utilisé pour les patients en soins intensifs. avec la crise sanitaire en cours, c'est la première fois en Belgique que des hôpitaux recourent à des médicaments vétérinaires. Un total de 965 boites de Proposure 10 mg/ml a été délivré aux hôpitaux les 14 et 15 avril 2020, mais il est important de noter que tous ne s’en sont pas nécessairement servis. l'AFMPS ne récolte pas de données concernant l'utilisation des médicaments vétérinaires car il en va de la liberté thérapeutique des hôpitaux. Si tous les hôpitaux belges disposant d'un service de soins intensifs ont reçu le Proposure, environ 20 à 30 d'entre eux indiquent qu'ils sont en mesure de mettre le Proposure reçu à la disposition d'autres hôpitaux car ils ne l’utilisent pas. l'AFMPS ajoute à cela que, désormais, les stocks de médicaments à usage humains sont suffisants et que les hôpitaux pourront répondre à leurs besoins jusque fin juin, au moins.

FRANCE : Il existe un décret (décret du 2 avril) qui autorise en effet l’administration de médicaments vétérinaires aux patients pour « faire face à l’épidémie de Covid ».

Contact de Jean-Louis Humault, président du syndicat de l’industrie du médicament et du diagnostic vétérinaire. A redirigé vers Marie-Anne Barthélémy, secrétaire générale du syndicat de l'industrie du médicament et du diagnostic vétérinaire : Elle a bien confirmé que les hôpitaux ont demandé ces stocks d’anesthésiques, probablement avant même avant le décret du 2 avril autorisant leur utilisation. Deux médicaments sont autorisées par l'ANSM : le proposure et le provopet. Mais ils contiennent tous deux le même principe actif : le propofol. Seuls les excipients changent. L'étude de l'ANSM est publique et disponible sur leur site. La liste demandée par les hôpitaux français de médicaments était beaucoup plus longue, indique MA Barthélémy que celle finalement autorisée par l'ANSM. En livrant les hôpitaux, l'industrie du médicament vétérinaire s'est retrouvée rapidement en rupture de stocks. Cela n'indique pas pour autant que les hôpitaux les aient utilisés. Contact donc de Pierre Lanot, secrétaire général du syndicat national des anesthésistes et réanimateurs de France. Il est lui-même anesthésiste réanimateur à l’hôpital d'Anthony, particulièrement touché par la Covid-19 : Il confirme l'inquiétude des soignants pour les stocks à venir d'anesthésiques. Toutefois ils n'ont pas encore connu de rupture, même si au plus fort de la crise, il y a quelques semaines, leur marge était de "deux ou trois jours" seulement. Ils n'ont donc pas eu besoin de recourir aux stocks vétérinaires. Toutefois vu les stocks disponibles, il semble difficile d'envisager pour l'heure actuelle la reprise progressive des opérations chirurgicales pour les autres pathologies, notamment les services de cancérologie. La SFAR, société française d’anesthésie et de réanimation, oeuvre actuellement à répertorier ces besoins jusqu'ici sous-estimés.

Autres factcheck

Non renseigné

Sources sûres

Coordination

Nelly Pailleux

Equipe assignée
  • Sarah Djerioui
  • emanuel descours

Vous disposez d’informations à propos de cette enquête ? Vous souhaitez nous transmettre un document ou un lien qui pourrait nous être utile ?

Journalistes Solidaires met à votre disposition un formulaire nous permettant de recueillir votre témoignage et de pouvoir éventuellement vous contacter par la suite. NE TRANSMETTEZ JAMAIS VIA CE FORMULAIRE DE DOCUMENTS OU D’INFORMATIONS CONFIDENTIELLES. Si vous souhaitez prendre contact avec nos journalistes rendez-vous sur la page d'acceuil de notre site.

Restez bref et concis

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable