La transmission par micro-gouttelettes du Covid-19 se fait-elle plus sur les consonnes que les voyelles ?

Consultez l'article consacré à ce sujet sur notre site

Les consonnes transmettent-elles plus le Covid-19 que les voyelles ?

En avril, de drôles de conseils apparaissent sur Internet : pour ne pas attraper le Covid-19, il faudrait parler sans consonnes car elles génèrent plus de postillons que les voyelles. Or il n’existe pas d'étude prouvant une telle corrélation.

En bref

Publié le 9 juin sur Facebook, un visuel explique que des spécialistes du langage ont constaté que dans la contamination au Covid-19 par micro-gouttelettes “les voyelles étaient innocentes alors que les consonnes étaient engagées dans le processus”.

Date de première apparition

Non renseigné

Création de la fiche le

16 Jun 2020

Lieu première apparition

Facebook

Dernier update

30 Jun 2020

Actions entreprises par les journalistes

16 juin

  • Nous prenons connaissances des diverses parutions sur le sujet (articles de presse en ligne et rapports)

17 juin

  • Début des prises de contacts auprès d'experts en linguistique, notamment Maria Candea (sociolinguiste et sociophonéticienne à l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris).
  • Premier contact avec M. Candea par téléphone : elle affirme qu'il n'y a aucun lien entre consonnes et transmission accrue du Coronavirus. Envoi d'un mail afin qu'elle réponde à des questions complémentaires et transmette des documents en lien avec le sujet de l'enquête.
  • Premier contact avec le linguiste Bernard Cerquiglini : il accepte de répondre à nos questions par Skype.
  • Constitution d'un dossier récapitulant nos sources et nos questions, afin de le soumettre en amont de l'interview filmée avec B. Cerquiglini.
  • Retour par mail de M. Candea (cf. Call Log correspondant)
  • Envoi d'un mail récapitulatif de nos questions et sources documentaires dont nous disposons alors afin de préparer l'échange vidéo programmé le 18 juin.

18 juin

  • Visio-conférence par Skype (enregistrée) avec Bernard Cerquiglini et retranscription de l'échange.
  • Point d'étape effectué en conférence de rédaction et début d'échange entre membres de l'équipe sur le contenu de notre article final et la rédaction de celui-ci.

19 juin

  • Rédaction d'un premier jet de notre article.
  • Prise de contact avec Sam Anchman, auteur présumé du texte parodique sur l'usage des consonnes en période de Covid-19. Il s'appelle en réalité François Pla et est professeur de physique.

Pistes et conclusions

Publié le 9 juin sur Facebook, un diaporama informe que des spécialistes du langage ont constaté que dans la contamination au Coronavirus par micro-gouttelettes, “les voyelles étaient innocentes alors que les consonnes étaient engagées dans le processus”. Cette vidéo serait tirée d'un texte parodique publié sur Internet par Sam Anchman (pseudonyme) et diffusé sur Facebook.

Autrement dit, quand une personne parle, elle serait davantage susceptible de contaminer les autres si elle utilise plus de consonnes que de voyelles.

Avec le ton parodique employé dans la vidéo, tout porte à croire que son contenu l'est tout autant.

En effet, Maria Candea, sociolinguiste et sociophonéticienne à l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris, nous affirme qu'il n'existe aucun lien entre le fait d'user davantage des consonnes que des voyelles et celui de se voir transmettre le coronavirus. Quand bien même ce lien existerait, en considérant que les consonnes génèrent plus de postillons que les voyelles, la différence serait tellement infime que cela ne jouerait pas de rôle dans le processus d'un potentielle contamination au Covid-19.

Mais tel n'est pas l'avis du linguiste Bernard Cerquiglini, agrégé de lettres modernes, docteur ès lettres et conseiller scientifique du Petit Larousse. Initialement contacté dans le but de confronter son avis aux affirmations de la vidéo/diaporama à l'origine de cette enquête, cet expert en linguistique, par ailleurs membre de l'OuLiPo révèle que ceux a l’origine des recommandations humoristiques sont les Oulipiens eux-mêmes.

Ainsi, ce qui a toute la saveur d'une blague potache, n'en n'est pas tout à fait une. Et pour Bernard Cerquiglini, adepte des principes de réflexions littéraires de Raymond Queneau, le fait qu'elle ait commencé à circuler sur les réseaux sociaux illustre d'ailleurs tout l'intérêt que la question soit posée sérieusement: et si la façon dont on prononce une langue avait une influence sur la diffusion des postillons, donc des micro-goutelettes potentiellement infectantes?

Cette question mérite d'être posée d'autant plus que certains pays, comme le Japon, ont déjà envisagé le rapport entre la langue parlée et son degré dangerosité dans la transmission du virus, et décidant d'en faire un sujet d'étude scientifique réel.

En conclusion, les recommandations dont fait part le diaporama, sont bien l'illustration humoristique d'une logique de réflexion poussée à l'extrême. Même avec le ton de l'humour, les conseils qu’il communique résultent de fait d'un questionnement, d'une hypothèse sérieuse, de la communauté linguistique filtrée par la méthode de l'OuLiPo.

Ceci étant, les études sur la question du degré de dangerosité de la langue ne sont pas encore foisonnantes.

Pour B. Cerquiglini, dont nous n'arriverons jamais à trancher à quel moment le farceur littéraire cède la place au linguiste, elles ont cependant tout intérêt à se multiplier, surtout si une nouvelle vague épidémique s'abat de nouveau sur les populations. C'est d'ailleurs en ces termes, nous a-t-il précisé, qu'il a interpellé Emmanuel Macron, grand amateur d'Oulipo lui aussi (selon le linguiste).

Autres factcheck

Non renseigné

Sources sûres

Coordination

Denis Verloes

Equipe assignée
  • Mathilde Sourd
  • Floréane Marinier

Vous disposez d’informations à propos de cette enquête ? Vous souhaitez nous transmettre un document ou un lien qui pourrait nous être utile ?

Journalistes Solidaires mets à votre disposition un formulaire nous permettant de receuillir votre témoignage et de pouvoir éventuellement vous contacter par la suite. NE TRANSMETTEZ JAMAIS PAR CE FORMULAIRE DE DOCUMENTS OU D’INFORMATIONS CONFIDENTIELLES. Si vous souhaitez prendre contact avec nos journalistes rendez-vous sur la page contact de notre site.

Restez bref et concis

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable