Une médecin soignée du Covid-19 est-elle toujours en attente de ses tests sérologiques ?

Consultez l'article consacré à ce sujet sur notre site

Les laboratoires belges sont-ils empêchés de réaliser des tests Covid-19 ?

Courant mars, une médecin belge ne reçoit pas les résultats de tests sérologiques du Covid-19 confiés à deux laboratoires. L'absence des réactifs nécessaires, ainsi que l’imbroglio autour du remboursement de cet acte en sont les principales raisons. 

En bref

Sur un post partagé 14 000 fois, une médecin belge malade du Covid-19 puis soignée dénonce le fait que les laboratoires agréés l'empêchent d'accéder aux résultats du test sérologique qu'elle a elle-même réalisé.

Date de première apparition

11 Apr 2020

Création de la fiche le

17 Apr 2020

Lieu première apparition

Facebook

Dernier update

08 Jul 2020

Actions entreprises par les journalistes

Nous allons chercher à comprendre, à travers le témoignage de cette médecin, Cécile Andri, comment le processus des tests sanguins a pu s'arrêter en Belgique.

Nous avons commencé par contacté la médecin en question, que nous avons interviewé en appel vidéo. Elle est revenu sur son histoire à elle, et son avis sur la situation.

Dans le même temps, nous nous sommes tourné du côté de deux laboratoires belges agréés pour effectuer ces tests sérologiques, afin de savoir si des mesures ont été mises en place actuellement en Belgique pour bloquer la réalisation de ces tests, même pour des médecins.

Nous sommes parvenus à contacter le laboratoire Synlab, par l'intermédiaire du Directeur du réseau des laboratoires Synlab en Belgique, Antoine LEJEUNE. Nous avons également pu joindre un responsable des laboratoires Lims.

Suite à ces échanges avec les laboratoires, et à partir de leur témoignage, nous avons décidé de chercher à joindre les firmes productrices des réactifs nécessaires à la réalisation des tests sérologiques en Belgique, GSK et EuroImmun. La première nous a répondu par l'intermédiaire de sa Directrice de communication externe Elizabeth VAN DAMME. Quant à EuroImmun nous n'avons jamais eu de retour de leur part.

Nous avons également contacté Sciensano (l'Institut scientifique de santé publique) et l'Association des laboratoires belges, afin d'avoir leur avis sur la question. Aucune des deux institutions ne nous a répondu.

Nous avons enfin contacté la porte-parole du cabinet du Ministre en charge de la TaskForce Covid-19, Monsieur Philippe De Backer, Caroline LEYS, afin de connaître les dispositions prises par le gouvernement belge quant à la réalisation de ces tests sérologiques.

Pistes et conclusions

  • Selon le laboratoire Synlab, la circulaire dont parle Cécile Andri, qui aurait été adressée aux laboratoires, existe bien, mais ne provient pas de la Sciensano (équivalent des Autorités de la santé en France), mais de l'INAMI (organisme qui régule l’intervention des caisses d’assurance-maladie).

  • Les prérogatives de l'INAMI sont définies jusqu'à nouvel ordre, sauf si le gouvernement en décide autrement.

  • Cette prérogative est claire : les laboratoires ont été notifiés de la création d'un code INAMI de nomenclature, de l'interdiction de facturer des suppléments et d'accomplir cet acte à charge du patient. À aucun moment elle n'interdit donc la réalisation d'un test sérologique hors-nomenclature (non-remboursé) par les laboratoires.

  • En revanche, la directive de l'INAMI interdit à tous les laboratoires de Belgique de réaliser l'acte avec une demande de remboursement.

  • Dans son post, le médecin affirme que son numéro INAMI a été supprimé, ce qui n'est pas totalement vrai. Le code INAMI est bien fixé pour ces actes, mais ne concerne que le montant d'intervention de la caisse, et non des conditions médicales cliniques.

  • Un des laboratoires contacté nous dirige vers Euroimmun (firme allemande) un des seuls laboratoires possédant la capacité des réactifs.

  • Ce n'est pas tant une interdiction en soi mais une pression mise sur les fournisseurs agrées pour qu'ils livrent uniquement les autorités publiques belges et les organismes affiliées.

  • Les laboratoires qui pourraient envisager un acte hors nomenclature (c'est à dire non remboursé) se sont retrouvés incapables de le faire, car plus de réactif.

  • La SCIENSANO n'a pas publié de condition dans lesquelles une prescription d'un médecin pourrait être prise en charge par l'INAMI.

Autres factcheck

Non renseigné

Coordination

Lina Fourneau

Equipe assignée
  • Tanguy Oudoire
  • Cypriane El-Chami

Vous disposez d’informations à propos de cette enquête ? Vous souhaitez nous transmettre un document ou un lien qui pourrait nous être utile ?

Journalistes Solidaires met à votre disposition un formulaire nous permettant de recueillir votre témoignage et de pouvoir éventuellement vous contacter par la suite. NE TRANSMETTEZ JAMAIS VIA CE FORMULAIRE DE DOCUMENTS OU D’INFORMATIONS CONFIDENTIELLES. Si vous souhaitez prendre contact avec nos journalistes rendez-vous sur la page d'acceuil de notre site.

Restez bref et concis

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable