Un couple n'a pas été arrêté pour être dépisté de force du Covid-19. ©Freepik 2020 "Un homme a les mains maintenues dans le dos"

Des brigades de police forcent-elles au dépistage du Covid-19 ?

Dernière édition le 25 Jul 2020 11:36:34 - Relecture par Anne Smadja , correction par Cypriane El-Chami , coordonné par Denis Verloes

C'est faux

En bref

Une vidéo montre une supposée «brigade sanitaire» amener de force un couple pour les soumettre à un test de détection du Covid-19, au Canada. Journalistes Solidaires a analysé la vidéo.

Publiée initialement le 30 avril 2020, cette vidéo, affichant près de 20 000 vues, a été reprise sur YouTube et Facebook. On la retrouve sur des sites Internet accréditant la thèse de brigades sanitaires forçant la population à se soumettre à des tests Covid-19, aux États-unis.


Que peut-on voir dans cette vidéo ?


La scène se déroule au domicile d'un couple. Les deux membres de ce couple sont assis sur un canapé et plusieurs personnes en uniforme de police se tiennent debout face à eux. L'un des policiers tente pendant quelques minutes de négocier avec les deux individus, leur demandant de suivre l'équipe de police.


D'après leurs échanges, on comprend que le couple est sous le coup d'une décision de justice l'obligeant à se soumettre à «des tests», dont la nature n'est pas précisée dans la vidéo. Après plusieurs refus de la part du couple, ils sont tous deux menottés et interpellés.


La vidéo a été reprise sur plusieurs sites Internet postulant qu'il s'agirait de tests de dépistage du Covid-19.


À la source de ces images


Nous avons remonté la piste de cette vidéo. Grâce à un arrêt sur images et un zoom sur l'épaule d'un des officiers de police, nous avons identifié l'écusson présent sur son uniforme. Il s'agit de celui de la police de la ville d'Hamilton, dans la province de l'Ontario, au Canada.



comparatif entre la capture d'écran du blason de police dans la vidéo et ledit blason de police

À gauche, capture d'écran issue de la vidéo.
À droite, le blason de la police d'Hamilton, Ontaria, CA.


Joint par e-mail, le département de police d'Hamilton confirme les faits mais dément formellement les raisons de l'arrestation avancées sur Internet :



«Nous pouvons vous confirmer que cet incident n'a rien à voir avec des tests pour le Covid-19 ni avec le coronavirus en général. Au vu de la législation au Canada, nous ne pouvons vous révéler pourquoi le couple a été appréhendé.»




comparatif entre la capture d'écran du blason de police dans la vidéo et ledit blason de police

Capture d'écran du mail de réponse à JS envoyé par la police d'Hamilton.




Des tests, oui... mais psychiatriques


En naviguant sur différents sites anglo-saxons qui relaient des théories conspirationnistes, nous avons pu remonter jusqu'à la première apparition de la vidéo. Elle a été publiée sur un site mêlant théories du complot et fondamentalisme chrétien. Journalistes Solidaires identifie alors les propriétaires de ce site comme étant le couple présent sur la vidéo.


C'est d'ailleurs sur ce site que nous retrouvons le fin mot de l'histoire. En 2017, le couple décide d'arrêter de payer ses impôts fonciers. Ils présentent cette décision comme une «déclaration de [leur] non-obéissance pacifique au gouvernement et de [leur]_ refus de financer ses affaires». Leurs griefs contre le gouvernement canadien sont nombreux. Le couple accuse notamment les pouvoirs publics de «pervertir des enfants», de «cacher que la terre est plate» ou encore d'«empoisonner la population avec des chemtrails»_.


Dans un article de blog datant du 16 avril 2020 présent sur leur site, on apprend que les autorités canadiennes auraient lancé une procédure de saisie de la propriété du couple.



comparatif entre la capture d'écran du blason de police dans la vidéo et ledit blason de police

Capture d'écran issue du blog du couple.
La première phrase indique :
"Veuillez prendre acte que votre propriété a désormais trois ans ou plus d'arriérés d'impôts fonciers et a été enregistrée comme telle et pour une possible vente en vertu de l'Article 11 du Municipal Act de 2001."


Dans le même billet de blog où l'on trouve le document ci-dessus, le couple fait part de son choix d'effectuer «un jeûne jusqu'à la mort». Au vu de cette décision, la justice a ordonné une analyse psychiatrique du couple.


Les événements filmés en vidéo se déroulent à ce moment-là. Il s'agit de l'application d'une injonction à passer un test psychiatrique. Cette scène d'interpellation n'est donc en rien liée à la maladie du Covid-19.


Quant au couple, il annonce dans un billet daté du 1er juin 2020, être sorti de son internement forcé mais demeurer en arrêt d'alimentation. Journalistes Solidaires ne dispose pas d'informations plus récentes relatives à son état de santé au moment de la publication de ces lignes.







En bref


Une vidéo d'un couple arrêté à son domicile est présentée par plusieurs sites comme une preuve que des brigades sanitaires soumettraient de force des citoyens à des tests de dépistage du Covid-19.


En réalité, ce couple, suspecté d'être un danger pour sa propre santé, a été arrêté sur décision du tribunal pour être soumis à une analyse psychiatrique.


Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et fausse

Première apparition sur le web

Non renseigné

Dernière modification de la fiche de l'enquête
28 Jul 2020
Lieu de publication constaté
WhatsApp
Actions entreprises par les journalistes

Trouver le contexte dans laquelle la vidéo à été tourné :

  • Nous avons identifié que cette vidéo a été tournée a Hamilton Ontario (Canada) grâce a l'écusson présent sur l'uniforme des policiers
  • Nous avons contacté la police d'Hamilton qui nous ont appris que cette opération n'a aucun lien avec un quelconque dépistage du Covid-19
  • Via quelques recherches nous avons identifié le couple arrêté. Il s'agit des propriétaires d'un site complotiste et fondamentaliste chrétien. Il y a quelques temps ils ont fait paraître sur leur site leur décision d’arrêter de s'alimenter "jusqu'à la mort" après la saisie de leur maison en raison de leur refus de payer leurs impôts. La justice canadienne les a donc contraint à se soumettre à une évaluation psychiatrique.

Lire le projet de loi en question

  • Au cours d'une première lecture, le projet de loi concerne le subventionnement de moyens de dépistage et de traitement du Covid-19.
  • Nous tentons de joindre le représentant du congrès américain rapporteur de la loi. Malgré plusieurs tentatives de contact de son staff, il ne donne pas suite.
  • Nous ne pourrons pas prouver que l'article interprète erronée ment le texte de loi et grossit le trait pour coller à une vidéo que nous avons pu démontrer volontairement détournée.
Pistes et conclusions

[ ] Démontrer le détournement de la vidéo douteuse [ ] identifier la source [ ] identifier le contexte [ ] prouver que source et contexte n'ont rien n'à voir avec la pandémie à coronavirus [ ] prouver que la vidéo n'a rien n'à voir avec le texte de loi en question. [ ] Démontrer le mésinterprétation du texte [ ] nous pouvons affirmer que la vidéo n'a aucun lien avec le projet de loi dont il est question dans l'article. [ ] Fort de notre lecture du texte, nous avons cherché des clarifications auprès du congressman qui a rédigé le projet de loi. Il n'a pas donné suite.
[ ] Notre conviction sur ce point ne peut être confirmée par une une source directe et nous décidons de ne pas tirer de conclusion non étayée sur ce point.

=> Si nous ne pouvons démontrer que le texte de loi ne recommande pas la création de bataillons sanitaires susceptibles de soumettre la population de force à des tests de dépistage du Covid-19 nous pouvons cependant certifier que la vidéo qui est utilisée pour le démontrer est un détournement hors contexte.

Equipe Journalistes Solidaires

julien cazenave

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable