Le ministre de l'Éducation nationale intègre des idées d'extrême-droite dans son discours ? Photo : Jérémy Barande / Ecole polytechnique Université Paris-Saclay / CC BY-SA 2.0

Jean-Michel Blanquer a-t-il plagié un flyer d'extrême droite ?

Dernière édition le 25 Nov 2020 15:14:35 - Relecture par Nelly Pailleux , correction par Anne Smadja , coordonné par Denis Verloes

C'est à nuancer

En bref

Le 26 octobre, le compte Twitter «École et Nation», groupe de professeurs d'extrême droite, accuse Jean-Michel Blanquer de reprendre «mot pour mot» leur discours. Si cette affirmation est inexacte, la concordance d'éléments de langage reste avérée.

Capture d'écran post du claim initial (Sarah Ben)

Le 27 octobre dernier, dans une publication Facebook partagée plus d'une centaine de fois, l'internaute Sarah Ben, journaliste, partageait la capture d'écran d'un message accusant l'actuel ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, de reprendre les termes exacts d'un forum d'extrême droite sur l'éducation. Elle affirme : «[...] soit Jean-Michel Blanquer lit assidument les bulletins de ce groupe militant fasciste, soit ses proches conseillers le font».


L'accusation initiale émane du forum École et Nation qui se définit sur son site web comme «un espace d’échanges et de propositions dédié à l’Éducation. Créé en novembre 2017 par des élus du Front National», chargé notamment «d’alimenter le parti en analyses, témoignages et propositions».
Le 26 octobre, ils publient sur Twitter puis sur Facebook le même message, partagé environ 350 fois, à la suite d'une interview accordée par Jean-Michel Blanquer à nos confrères du Journal du dimanche. Ils accusent le ministre de reprendre «mot pour mot [leurs] conférences et [leur] brochure contre le gauchisme intersectionnel».


Interviewé le 22 octobre sur Europe 1, Monsieur Blanquer fustige en effet ce qu'il appelle le «gauchisme intersectionnel» et à propos duquel le JDD l'interroge deux jours plus tard. Il répond alors au journal : «Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles, qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes de notre modèle républicain qui, lui, postule l'égalité entre les êtres humains, indépendamment de leurs caractéristiques d'origine, de sexe, de religion».


Comparant ces propos à la brochure du forum École et Nation, nous avons tenté d'identifier des éléments concordants. Dans ce seul extrait du JDD, on retrouve en effet les quatre idées principales de la réponse de Jean-Michel Blanquer : le «gauchisme intersectionnel» serait une «matrice intellectuelle» importée des Etats-Unis, antirépublicaine, essentialiste et stigmatisante.
On retrouvera également plus loin l'idée que ce système ferait des victimes dans le système éducatif. Mais, là où le think tank du Rassemblement national plaint les étudiants, le ministre des écoliers et des professeurs offre plutôt une porte de sortie aux «universités et [à ] leurs présidents».
Et si pour les auteurs de la brochure c'est l'ensemble des «établissements d’enseignement supérieur» qui semblent concernés, le locataire de l'hôtel de Rochechouart cible plus spécifiquement «les sciences sociales françaises».
Enfin, les deux parties font référence à une «convergence d'intérêts» avec l'islamisme, faisant ainsi référence au terme d'«islamo-gauchisme» que le ministre a déjà employé publiquement.


Pour Gilles Ardinat, coordinateur national du forum École et Nation et professeur agrégé d’histoire-géographie dans l'Hérault, il n'y a pas de doute : «Nous considérons que Jean-Michel Blanquer "droitise" opportunément son discours afin d'améliorer son image dans l'opinion». Selon Monsieur Ardinat, cette brochure dont le ministre aurait repris le plan argumentatif est accessible depuis le 27 août 2020 sur le site internet de l'organisme.


Afin de comprendre s'il y avait réellement une forme de récupération politique d'un discours d'extrême droite, nous avons demandé à la docteure en géopolitique Anaïs Voy-Gillis, spécialiste des droites extrêmes en Europe à l'université Paris VIII, de se pencher sur la comparaison des propos du ministre de l'Éducation nationale avec les termes de la brochure du forum École et Nation.
Nous lui avons demandé s'il était objectivement possible de parler d'une reprise délibérée d'un discours d'extrême droite. La docteure Voys-Gillis explique : «En l’occurrence, je doute que la reprise soit volontaire. Par contre, cela traduit bien l’influence idéologique des théories nationalistes identitaires dans le débat public. Les partis d’extrême droite conduisent une bataille idéologique depuis les années 1970 pour infuser et diffuser leurs thèmes et leurs idées dans le débat public. Cette stratégie a si bien fonctionné que des personnalités de droite, mais aussi de gauche, reprennent des concepts diffusés par ces partis sans avoir conscience de l’histoire de ces concepts et de leur origine. Il y a derrière cela, je pense, une forme de paresse intellectuelle et un appauvrissement des idées chez certains.»


Contacté par mail, et interrogé sur la volonté délibérée ou non d'un tel rapprochement, le cabinet de Jean-Michel Blanquer n'a pas encore répondu au moment où nous publions ces lignes.



En bref


Entre la brochure d'un groupe de réflexion d'extrême droite sur l'éducation et des idées défendues par le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, les similitudes sont nombreuses.


Si ce constat semble prouver l'efficacité des stratégies de diffusion des idées de l'extrême droite, il ne signifie pas forcément un emprunt volontaire de la part du ministre. Quant au ministère de l'Éducation nationale, il n'a pas encore fait de commentaire sur cette polémique.




Droit de réponse


En vertu du l'article 13 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, notre rédaction accorde un droit de réponse sur demande aux personnes nommées ou désignées dans nos articles. Le 18 novembre 2020 la journaliste Sarah Ben a souhaité préciser les circonstances de la publication de son post Facebook :



«Mon profil facebook est privé, j'y prends des positions politiques personnelles qui ne se confondent pas avec mon travail de journaliste. Je n'ai pas effectué d'enquête avant de publier ce statut, initialement et à nouveau restreint à un accès strictement réservé à mes "amis facebook". Cette publication était un billet d'humeur, non une contribution professionnelle résultant d'un travail d'investigation, contrairement à cet article qui rend compte des conclusions d'une telle démarche lorsqu'elle est menée rigoureusement.»



Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et à nuancer

Première apparition sur le web
26 Oct 2020
Dernière modification de la fiche de l'enquête
21 Nov 2020
Lieu de publication constaté
Facebook
Actions entreprises par les journalistes

29 Octobre 2020 : Prise en main du sujet par les journalistes.

30 Octobre 2020: Ecole et Nation contacté. Comparaison paragraphe par paragraphe des éléments concordants.

2 novembre 2020 : Contact avec Gilles Ardinat, coordinateur national de "école et nation".

3 novembre 2020 : réponse écrite de Gilles Ardinat.

9 novembre : Prise de contact avec la Dr Anaïs Voy-Gillis, chercheuse experte des extrêmes-droites européennes.

13 novembre : contact pour commentaire avec le cabinet de ministère.

14 novembre : Réponse du Dr Voy-Gillis.

Pistes et conclusions

Il apparaît que l'on peut difficilement qualifier de reprise "mots pour mots" des propos d'Ecole et Nation l'interview de Jean-Michel Blanquer. Cependant, il est vrai que l'on retrouve, en particulier dans un paragraphe, les mêmes idées que l'un des paragraphes de la brochure du think-tank d'extrême-droite.

Equipe Journalistes Solidaires

Guillaume Amouret

Geoffrey Gavalda

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable