Infusion argile verte. Image par sandgras de Pixabay

L'argile verte, remède contre le Covid-19 ?

Dernière édition le 29 Apr 2020 15:06:10 - Relecture par Alice Carel , correction par Anne Smadja , coordonné par Geoffrey Gavalda

C'est faux

En bref

Dans une vidéo datée du 29 mars 2020 et qui totalisait plus de 10 000 vues au moment de sa suppression deux semaines plus tard, Jade Allègre, se présentant comme médecin naturopathe et anthropologue médicale, affirme que l’argile verte est un remède contre le coronavirus. Or, les éléments sur lesquels elle s'appuie s'avèrent inexacts.

La promesse d'une guérison instantanée


C’est à partir de l’expérience de trois personnes que Jade Allègre, qui exerce à titre de naturopathe, médecin et anthropologue médicale, en est venue à penser que l’argile verte pourrait agir contre le virus :



« Une petite fille de 6 ans, un monsieur de 83 ans et une jeune femme avocate de 48 ans […] Ces trois personnes qui avaient des symptômes qui ressemblaient vraiment à ce qui est décrit pour le coronavirus, semblent avoir été guéries quasiment instantanément par une prise d’argile. C’est-à-dire que tout d’un coup, ils se sont mis à respirer mieux, à ne plus avoir de toux, et à récupérer une température normale. »



De cet échantillon, qu’elle avoue restreint, elle émet une hypothèse : « Il se passe quelque chose au niveau intestinal dans ce virus ». Elle conseille alors de prendre de l’argile verte en poudre par voie orale. _« Si je conseille souvent de l’infuser, c’est parce que l’argile est très puissante », _précise-t-elle.



L'argile n'est pas efficace contre le coronavirus


L’argile possède bien des usages médicaux : le SMECTA par exemple, est un médicament à base d’argile. Pour vérifier les propos de Jade Allègre, nous avons donc contacté François Hernot. Pharmacien à Paris, il a soutenu en 2016 une thèse sur l’usage de l’argile dans la pharmacopée à l’université d’Angers. Dans les affirmations de Jade Allègre, plusieurs points le dérangent. Tout d’abord sur le choix de l’argile :



« Il y a plusieurs types d’argile verte, l’argile illite et la montmorillonite entre autres. Elles n’ont pas la même structure ionique, l’intensité de leur action est différente. »



Par ailleurs, on ne peut pas, selon lui, prouver l’efficacité de l’argile contre le Covid-19 : « Ça ne peut pas faire de mal d’en prendre – au pire créer une potentielle constipation […] Je ne vois pas comment elle peut être efficace hormis stimuler l’immunité digestive. » Selon lui, l’argile peut être utilisée pour entretenir les défenses, mais pas comme un remède. En outre, elle peut avoir des effets négatifs si elle est prise à moins de deux heures d’intervalle avec un médicament :



« [Lorsqu'elle est dans le tube digestif] elle va altérer l'absorption des médicaments en les "capturant", entraînant leur élimination fécale. »




L'ANSES exclut la contamination par voie digestive


Selon Jade Allègre, le virus a donc une influence sur les voies intestinales. À ce sujet, on peut relever deux points. Sur la contamination par voie intestinale tout d’abord, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a déclaré ceci le 11 mars 2020, dans un communiqué sur son site :



« Dans l’état des connaissances à ce jour, la transmission du virus SARS-CoV-2 par voie digestive directe est écartée. En effet, si l’on observe la présence du virus dans les selles de patients, il est vraisemblable qu’elle s’explique par la circulation du virus dans le sang suite à l’infection respiratoire plutôt que par voie d’entrée digestive. »



Sans pour autant que le tube digestif ne soit une voie d’entrée, il est toutefois possible que le virus déclenche des symptômes gastro-intestinaux. Une étude menée sur 204 patients dans la province chinoise de Hubei entre février et mars 2020 et publiée dans l’American Journal of Gastroenterology a mis en évidence 103 patients avec des symptômes gastro-intestinaux. Symptômes parmi lesquels on retrouve la perte de l'appétit, des diarrhées, et des vomissements. Aucun de ces symptômes n’est pourtant évoqué par Jade Allègre*.


Préconiser une médication à l'argile verte peut faire courir un risque à certains patients atteints de formes graves du nouveau coronavirus. Le traitement des symptômes pourrait être atténué par l'effet de « capture » de l'argile verte. En cas de doute sur la bonne marche à suivre, il est préférable de consulter médecin traitant.


*Contactée par téléphone, Jade Allègre a refusé de répondre à nos questions.






Mais qui est Jade Allègre ?





Jade Allègre, naturopathe iridologue, Heilpraktiker et anthropologue médicale, a présenté en 2012 une thèse en médecine intitulée « Les silicates d’alumine (argiles) en thérapeutique : Une pratique coutumière ancienne relayée dans la médecine moderne ».



L'iridologie est une pratique naturopathique qui permettrait d’évaluer la santé d’une personne en examinant ses yeux, pratique non reconnue en France. Heilpraktiker (praticien de santé naturelle en français) est un titre permettant d'exercer les médecines alternatives en Allemagne. Enfin l'anthropologie médicale est une branche de l'anthropologie qui étudie les croyances et rituels relatifs à la santé.



Au contact de la sphère naturopathe, Jade Allègre aura notamment collaboré avec Thierry Casasnovas. Elle a aussi déclaré être un « bon colibri de Pierre Rabhi ».


À travers l'association L’homme et l’argile, Jade Allègre propose ses stages et formations payantes. Enfin, elle se revendique membre fondateur de l’OMNES (Organisation de la médecine naturelle et de l'éducation sanitaire), qui est l’un des principaux organismes de regroupement et d’accompagnement des naturopathes professionnels en France. Contactée, l'OMNES nous a affirmé : « Nous ne retrouvons pas de trace de Jade Allègre dans nos dossiers courants... Aujourd'hui et depuis plusieurs années elle n'est pas active ou adhérente à l'OMNES. »





Qu’est ce que Pressenza, l'agence de presse qui a édité la vidéo ?





Pressenza est une agence de presse internationale ayant pour objectif la promotion de la paix et de la non-violence, se voulant humaniste et prônant le désarmement. Pascal Bertincourt, qui interviewe Jade Allègre, a déjà donné la parole à des personnes à contre-courant, à l’image du docteur Pascal Trotta, « médecin libre » qui réfute la dangerosité du coronavirus. Nous avons tenté de les contacter, sans succès. Quelques jours après nos sollicitations, nous avons pu constater que la vidéo ainsi que l'article attenant avaient été retirés de YouTube et du site web de Pressenza.


Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et fausse

Première apparition sur le web
29 Mar 2020
Dernière modification de la fiche de l'enquête
02 Jul 2020
Lieu de publication constaté
Facebook
Actions entreprises par les journalistes
  • 02 avril : contact téléphonique avec François Hernot, pharmacien à la pharmacie du Château d'Eau à Paris et auteur en 2016 d'une thèse "l'argile et son utilisation en officine". Il nous a expliqué pourquoi l'explication de Jade Allègre n'était pas exacte. Recontacté plus tard dans la journée par mail.
  • 03 avril : contact téléphonique avec Jade Allègre, elle nous a raccroché au nez.
  • Entre le 03 et le 06 avril : Mails envoyés à la succursale française et la rédaction Bordelaise de Pressenza, l'agence de presse dont provient la vidéo. Pas de réponse de leur part à ce jour.
  • 8 avril : nous passons en production
Pistes et conclusions

Nous avons essentiellement contacté des experts pour vérifier les dires des deux intervenants de la vidéo.

  • François Hernot, pharmacien spécialiste nous a confirmé que l'argile en voie interne est utilisée en soins réguliers pour "renforcer" l'organisme.
  • François Hernot toujours : Il y a plusieurs argile vertes (illite ou montmorillonite) [...] Appeler à se soigner avec "n'importe quelle argile verte trouvée dans le commerce" n'est pas une recommandation exacte.
  • Jade Allègre emet l'hypothèse d'une action du virus par la voie digestive. Nous avons donc cherché des preuves de cette hypothèse et en avons trouvées : le virus attaque les voies digestives, comme le prouve une étude publiée le 29 dans le_ American Journal of Gastroenterology _mais sans symptômes respiratoires, cela ne correspond pas aux symptômes décrits par Jade Allègre sur les personnes ayant pris de l'argile verte.
  • Jade Allègre a raccroché à la première question posée : "Si l'argile verte ne fonctionne que pour les symptômes digestifs, pourquoi le recommander aux malades ayant des symptômes respiratoires ?".
Equipe Journalistes Solidaires

Guillaume Amouret

Jean-Baptiste Chiara

Geoffrey Gavalda

Tim Vinchon

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable