Le coût des 37 adjoints à la mairie de Paris est difficile à chiffrer.

Le coût des 37 adjoints de Paris s'élève-t-il à 65 millions d'euros ?

Dernière édition le 18 Aug 2020 18:01:03 - Relecture par Claire Guérou , correction par Anne Smadja , coordonné par Geoffrey Gavalda

C'est à nuancer

En bref

Après la réélection d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris en juin dernier, des critiques se sont élevées concernant le coût financier lié à la nomination de ses 37 adjoints. Or, le montant de la facture réelle est difficilement chiffrable.

Le 28 juin 2020, Anne Hidalgo est réélue pour un second mandat à la tête de la Mairie de Paris. Quelques jours plus tard, elle annonce nommer 37 adjoints, tous préalablement élus conseillers de la capitale. C’est dix de plus que lors de son premier mandat. Ce qui n'a pas manqué de faire réagir du côté de l’opposition. 





Le 4 juillet dernier, à la suite de ces nominations, Marie-Claire Carrère-Gée, conseillère Les Républicains réélue dans le 14e arrondissement de la capitale, dénonce sur Twitter le coût de ces 37 adjoints, estimant la dépense totale à près de 65 millions d’euros. Son tweet a été relayé plus de 1 500 fois, notamment par Marie-Cécile Veyrenc, élue du Comité LR de Paris dans le 14e arrondissement et par Anne-Sophie Désir, directrice de Radio Courtoisie.


Contactée par Journalistes Solidaires, l’élue maintient ce chiffre. Pour elle, il représenterait le montant qui devrait être dépensé pour la totalité des adjoints pendant les six prochaines années du mandat, de 2020 à 2026.







Selon Marie-Claire Carrère-Gée, cette somme grouperait non seulement le salaire, mais aussi la création d’un cabinet composé de quelques collaborateurs, ainsi que les services annexes dont bénéficierait chaque adjoint. Elle détaille ainsi son calcul : un adjoint coûterait approximativement 300 000 € par an, soit 1 800 000 € sur toute la durée du mandat, ce qui revient à 66 600 000 € sur six ans pour 37 adjoints (chiffre qu’elle a par la suite arrondi à 65 000 000 €). 


Un coût difficilement chiffrable




D'après un tableau fourni à Journalistes Solidaires par le service communication de la Mairie de Paris, un adjoint municipal de la capitale pourrait percevoir jusqu’à 5 639,63 € d’indemnités de fonction par mois, soit autant qu’un maire d’arrondissement. Un montant qu’il est possible d’expliquer par l’occupation de plusieurs postes en même temps, ce qui peut entraîner une majoration de leurs indemnités (et non un cumul). Conformément au Code général des collectivités territoriales, le montant ainsi perçu par les élus ne peut dépasser celui des indemnités d’un maire







À noter également qu'un élu qui occuperait un siège de conseiller de la Ville de Paris et qui aurait en plus été nommé adjoint à la Mairie de la capitale ne recevrait que l’indemnité la plus conséquente, dans ce cas-là, celle de l’adjoint. L'élu ne cumulerait pas les deux.


La somme destinée à l’indemnisation des 37 adjoints d’Anne Hidalgo sur la durée de son mandat s’élèverait donc à 15 023 974,32 €. 


Concernant les coûts externes évoqués par Marie-Claire Carrère-Gée, il existe effectivement des services financés par la Mairie de Paris dont les adjoints peuvent bénéficier. Il s'agit par exemple du recrutement des collaborateurs qui leur viendront en aide tout en long du mandat ou encore de la mise à disposition de voitures avec chauffeur.


Cependant, l’ensemble des données permettant d’évaluer précisément ces dépenses n'est pas public et malgré les requêtes de Journalistes Solidaires, ces documents n'ont pas été communiqués à la rédaction.


Pour le moment, il est donc impossible pour l'équipe de Journalistes Solidaires de chiffrer le coût précis de certains de ces services. En voici par conséquent une liste non exhaustive, sans les montants facturables.


Autant de collaborateurs pour plus d’adjoints


Chaque adjoint à la mairie de Paris peut employer des collaborateurs, qui se répartissent le travail. Selon nos confrères du Parisien, pour ce nouveau mandat d’Anne Hidalgo, 128 collaborateurs travaillent pour elle et ses adjoints, sur un maximum de 145 autorisé par le Conseil de Paris.


À elle seule, Anne Hidalgo a sous ses ordres 32 collaborateurs, ce qui en laisse 96 pour les 37 adjoints, soit une moyenne de 2 à 3 collaborateurs par adjoint. Mais comme nous l’explique Léa Filoche, adjointe à la Mairie en charge des solidarités, de la lutte contre les inégalités et contre l’exclusion, un redéploiement a eu lieu entre les deux mandats de la maire socialiste : 



«La maire de Paris est passée de 27 adjoints à 37 dans ce mandat-ci, mais à moyens constants concernant la composition des cabinets des adjoints. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de création de poste, on s’est réparti le même nombre de collaborateurs que lors du mandat précédent. Ma prédécesseure, qui avait à peu de choses près les mêmes délégations que moi, avait trois conseillers techniques de plus que moi. On a mutualisé et réparti les collaborateurs entre les cabinets.» 



Le nombre total de collaborateurs n’a donc pas sensiblement évolué par rapport au premier mandat d’Anne Hidalgo (2014-2020), ce qu'a confirmé la Mairie au Parisien.


Un pool de voitures plutôt que des voitures de fonction


Dans ses explications, Marie-Claire Carrère-Gée évoque également comme service externe, la voiture de fonction avec chauffeur, dont bénéficieraient les adjoints et qui gonflerait la facture. Léa Filoche nous explique :



«Il y a un pool de chauffeurs [une flotte de voitures et de chauffeurs, à disposition de l'ensemble des adjoints, ndlr] qui est partagé entre tous. Très peu d'adjoints l’utilisent aujourd’hui parce que circuler en voiture dans Paris n’a pas beaucoup de sens.» 



Il n’y a donc plus de voiture attitrée pour chaque adjoint.


Interviewé par JS, Téo Faure, chargé de mission à la Mairie de Paris, approuve : «En effet, il n’y a plus de voiture de fonction. Au niveau des chauffeurs, c’est un peu ce qui se faisait avant, c’est-à-dire qu’un adjoint peut demander un chauffeur s’il en a la nécessité. Après, ce n’est pas une coutume régulière.» 
Le service communication de la Mairie le confirme, aucun adjoint n’a de chauffeur ni de voiture attitrés. Par ailleurs, il n’y aura pas de renouvellement des chauffeurs : ceux qui partent à la retraite ne seront pas remplacés.


Comme l'indiquent nos confrères de Libération, la fin des voitures de fonction avec chauffeur attitré date déjà de 2010. Et la distinction entre véhicule de fonction et véhicule de service (la flotte désormais disponible pour les adjoints parisiens) décrite par la journaliste Seynabou Boye est primordiale :



Dorénavant, les élus ne peuvent plus faire usage de leur véhicule en dehors de leur temps de travail, durant leurs congés ou encore pendant les week-ends. Les véhicules de service sont exclusivement destinés aux déplacements professionnels, avec une tolérance pour les trajets domicile-travail.



Libération indique que cette flotte de voitures est composée de 20 véhicules, avec deux chauffeurs chacun, pour une dépense annuelle de 150 000 € par automobile (qui comprend son entretien et la rémunération des chauffeurs). Ainsi, sur la durée totale du mandat, ce pool de voitures devrait coûter environ 18 000 000 € à la Mairie de Paris.


D'autres avantages et services difficilement chiffrables


En plus de ces services, la Mairie de Paris offre quelques avantages aux adjoints, comme le détaille Léa Filoche :



«La carte Navigo [carte de transport permettant d'emprunter tous les métros, bus, tramways et RER d'Île-de-France, ndlr] nous est remboursée à 50 %. Lors de déjeuners avec des personnalités, on peut, de temps en temps, en inviter une, mais je ne sais pas quelles sont les règles exactes. Comme tous les élus de la Ville de Paris, conseillers de Paris et conseillers d’arrondissement, on nous a fourni un ordinateur portable. Et on doit pouvoir se faire rembourser un taxi quand le Conseil de Paris est en nocturne mais encore une fois, je n'en suis pas sûre.»



En contrepartie de tout ceci, ces adjoints ont des devoirs dont ils doivent s’acquitter et des consignes à respecter. Léa Filoche précise : «Tous les ans, on remplit une fiche de déclaration de patrimoine. On a un lien assez important avec la Ville de Paris, qui a mis en place une commission de déontologie pour regarder de très près tout ce qu’on fait, tout ce qu’on dépense. On signe tous les ans un papier comme quoi on n’habite pas dans un logement social, qu'on n’en a pas fait la demande...»


Pour en savoir plus sur les coûts réels des services et avantages octroyés aux adjoints parisiens, Journalistes Solidaires a tenté de joindre la Commission de déontologie des élus du Conseil de Paris, sans succès pour le moment. 


Pour rappel, le budget primitif de la Mairie de Paris pour l'année 2020 — le budget prévisionnel voté entre septembre et décembre 2019 pour l’année 2020 — s'élève à un peu plus de 8 milliards d’euros. Cette somme est ensuite répartie entre les différentes politiques publiques menées par la Mairie. Pas moins de 2 466 millions d'euros sont ainsi consacrés aux charges du personnel de la Ville de Paris.



En bref


Le coût réel pour la Mairie de Paris des 37 adjoints d'Anne Hidalgo est difficile à estimer, faute d’informations précises sur le sujet.


Cependant, quelques chiffres permettent d'y voir plus clair. Le montant nécessaire à l’indemnisation des 37 adjoints s’élève à 15 023 974,32 €. L'enveloppe supplémentaire destinée à la flotte de voitures de service et à leurs chauffeurs serait d'environ 18 000 000 €.


En revanche, le montant consacré aux autres avantages et services (comprenant les collaborateurs, les ordinateurs portables, le remboursement partiel des cartes Navigo, les repas occasionnels...) nous est inconnu.


Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et à nuancer

Première apparition sur le web
04 Jul 2020
Dernière modification de la fiche de l'enquête
19 Aug 2020
Lieu de publication constaté
Twitter
Actions entreprises par les journalistes

[ ] Dans un premier temps, nous avons contacté Mme Carrère-Gée, afin d'en savoir plus sur les détails de son calcul. Cela nous a donné plusieurs pistes pour nos recherches. [ ] Nous avons ensuite cherché à joindre Bruno Julliard, ex-premier adjoint d'Anne Hidalgo jusqu'en 2018. [ ] Nous avons également contacté la mairie de Paris, afin d'équilibrer le débat, et d'en savoir plus sur les différentes rémunérations des adjoints municipaux, et savoir si effectivement, chaque adjoint disposera d'un cabinet personnel avec ses avantages. [ ] Nous avons également cherché à joindre Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris [ ] Nous avons aussi contacté plusieurs adjoints de la mairie de Paris afin d'en savoir davantage sur leur situation. [ ] Nous avons joins la commission de déontologie du Conseil de Paris

Pistes et conclusions

Revue de Presse

  • Plusieurs articles ont déjà été rédigés autour de ce sujet. Comme le rapportent, Cnews, ou encore Capital, Anne Hidalgo élue, pour la deuxième fois consécutive, maire de Paris, s'est entourée de 37 adjoints soit dix de plus que son précédent mandat.
  • Selon ces deux médias, le salaire mensuel d'un adjoint atteindrait 5 639 euros. La masse salariale des 37 adjoints représenterait ainsi un coût total de 208 643 euros par mois, un peu plus de 2,5 millions d'euros par an soit 15 millions d'euros au cours du mandat de la nouvelle maire de Paris.
  • Selon Cnews et Capital, Marie-Claire Carrere-Gée, les 65 millions d'euros correspondraient à la somme dépensée pour les 37 adjoints d'Anne Hidalgo durant sa mandature et prend en compte  les créations d'un cabinet pour chacun d'entre eux, avec «les secrétariats, les collaborateurs, les équipements et une évaluation des services annexes (voitures de fonction et chauffeurs)».
  • Cette information a été démentie par la mairie de Paris, qui précise qu'il n'y aura aucune création de poste et que donc le nombre de collaborateurs de cabinet n'excède pas 145 (chiffre fixé par la loi).

Le calcul des indemnités

  • Selon le portail dédié aux collectivités territoriales "est fixé en pourcentage du montant correspondant à l’indice brut terminal de l’échelle indiciaire de la fonction publique et varie selon l’importance du mandat et la population de la collectivité".
Equipe Journalistes Solidaires

Dominique Lemoine

Tanguy Oudoire

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable