Le « jus du matin » de Thierry Casasnovas, un non-remède contre le Covid-19

Dernière édition le 29 Apr 2020 15:06:10 - Relecture par Nelly Pailleux , correction par , coordonné par

En bref

Dans une vidéo publiée le 14 mars dernier, le youtubeur Thierry Casasnovas, grand adepte du crudivorisme et de la pratique du jeûne, suggère qu’il suffirait de « bâtir une bonne immunité » pour lutter contre le coronavirus.

Face à son extracteur de jus, mélangeant toute sorte de choux, ce gourou 2.0 indique que, contre l’épidémie, le premier pilier à bâtir est celui d’une bonne alimentation.


Allant même jusqu’à remettre en question l’existence du Coronavirus, il conseille avant tout la détente, à travers des phases de jeûne ou en travaillant sur son système immunitaire psychique.


Dans sa vidéo, il cite également la méthode Wim Hof, du nom d’un recordman prônant la thérapie par le froid. Selon ce dernier, ce type de renforcement par le froid représenterait un bienfait incontestable pour la santé… Ce qui n’a pas non plus été prouvé scientifiquement.


  


Mais en fait c’est qui Thierry Casasnovas ?


Boulanger dans une autre vie, ce pyrénéen quadragénaire est aujourd’hui vidéaste. Son crédo: l’automédication. Thierry Casasnovas souhaite libérer le plus grand nombre de toute emprise médicamenteuse. Il prône à cet effet les médecines parallèles en tout genre. Sa favorite : le crudivorisme – manger uniquement des aliments crus. Selon lui, toutes les maladies, même les cancers, peuvent être soignées grâce aux légumes crus, ou encore mieux, en faisant des jeûnes – en arrêtant tout simplement de manger. Depuis la création de sa chaîne en 2011, celui qui se désigne comme « thérapeute » multiplie les vidéos complotistes, atteignant pour certaines les 100 000 vues, et comptabilisant des millions de visionnages. Il est aujourd’hui suivi par la mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), et ce depuis 2018, mais continue cependant de répandre une vision très polémique de l’auto-médication.


Pourtant, l’épidémie actuelle du Covid19 n’est sous aucun rapport liée aux problèmes de nutrition, il convient avant tout de respecter les mesures sanitaires et la distanciation sociale. Afin de connaître la valeur réelle des conseils que prodigue le crudivoriste Thierry Casasnovas, nous avons sollicité l’avis du professeur Olivier Bouchaud, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Avicenne de Bobigny:


  
La méthode Wim Hof, prônant le choc thermique, est-elle utile pour renforcer ses défenses immunitaires face au coronavirus, comme le stipule Thierry Casasnovas dans sa dernière vidéo ? 



Tout ça c’est de l’ésotérisme, il n’y a pas l’ombre d’un soupçon de preuve que ça puisse faire quoi que ce soit. En caricaturant un peu, si les gens commencent là aussi à se mettre dans le congélo puis la tête dans le four, ça ne risque pas d’aider. Je ne vois rien qui pourrait faire que ce soit nuisible pour le virus, l’organisme ça va lui faire ni chaud ni froid… Ça va même plutôt le fatiguer. Or, on a besoin d’avoir de l’énergie pour lutter contre n’importe quelle infection, y compris le coronavirus



Que pensez-vous de l’efficacité de la pratique du jeûne, notamment de trois jours, comme le recommande Thierry Casasnovas ?



Alors même que je suis très perméable et très ouvert aux médecines alternatives, que je suis très admiratif de certaines thérapies traditionnelles en Afrique, ici ça n’a à mon sens absolument aucun sens. Autant certaines façons de vivre hygiéno-diététiques peuvent être utiles sur du long terme pour bien équilibrer ses fonctions physiologiques, autant le faire de façon ponctuelle, aiguë, sur du court terme, ça n’aura aucun impact. Au contraire, ça risque de générer du stress. Des gens pourraient même tomber dans les pommes car ils ne seraient pas dans un état d’énergie suffisant. Je pense qu’il faut au contraire fonctionner normalement, essayer de s’alimenter de la façon la plus équilibrée possible, peut-être même un petit peu plus que d’habitude. Mais surtout ne pas commencer à imaginer des méthodes qui n’ont jamais fait la preuve de quoi que ce soit dans ce genre de situation de crise aigüe.



Manger du chou ou de l’ail pour la détoxification et le renforcement des défenses immunitaires, est-ce utile pour lutter contre le coronavirus ?



Que les gens mangent de l’ail ou du chou, ça ne me dérange pas et c’est sans danger, mais ça me parait assez anecdotique et secondaire. Pour rappel, l’ail a des vertus, le chou aussi, mais comme tous les légumes, à condition qu’ils soient très frais. Tout le contenu vitaminique des légumes tourne de l’oeil assez vite…



Quel rôle joue le système immunitaire psychique que Thierry Casasnovas évoque ?



Qu’il y ait un lien entre psychisme et immunité, c’est à peu près certain. Ceci étant, personne ne sait très bien par quel mécanisme se fait ce lien. Mais je pense que, empiriquement, tout le monde sait qu’on attrape plus facilement des petites infections bénignes quand on est au fond du trou. Alors que quand on est en pleine forme, on y résiste plus facilement, c’est quelque chose auquel je suis prêt à adhérer. Seulement une fois qu’on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait ? Si les gens sont au fond du trou, déprimés, qu’ils sont en panique, qu’ils angoissent, ce n’est pas en leur disant que ça les exposent davantage au virus que ça va leur remonter le moral…



Le principe de l’hormesis, "ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort" est également mis en avant par Casasnovas. Est-ce applicable au coronavirus ?



Au niveau de l’immunité, c’est difficile à dire, on est dans de la science-fiction là. D’un point de vue sociétal, j’espère que ce sera le cas. Néanmoins, l’homme a cette caractéristique d’être incapable d’utiliser son histoire pour s’améliorer, je pense que dans un ou deux ans, tout le monde aura oublié ce que nous a inculqué cette épidémie. Après, je comprends que certains y adhèrent, car “tout ce qui ne tue pas rend plus fort”, c’est un beau slogan. Gourou d’internet, Thierry Casasnovas témoigne d’une incertitude, voire d’une remise en question de la fiabilité des pouvoirs publics face au coronavirus, alors que nous sommes face à une épidémie mondiale. Dans ces conditions, il est préférable d’être plutôt à l’écoute de professionnels compétents et qualifiés de la santé




Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Première apparition sur le web

Non renseigné

Dernière modification de la fiche de l'enquête

Non renseigné

Lieu de publication constaté

Non renseigné

Actions entreprises par les journalistes

Non renseigné

Pistes et conclusions

Non renseigné

Equipe Journalistes Solidaires

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable