Photo by Manja Vitolic on Unsplash

Les chats peuvent-ils être contaminés par le Covid-19 ?

Dernière édition le 02 Jul 2020 11:02:00 - Relecture par Nelly Pailleux , correction par Anne Smadja , coordonné par Tim Vinchon

C'est essentiellement vrai

En bref

L’annonce a détonné. Du côté de Liège, en Belgique, un chat a été testé positif au Covid-19. Annoncée le 27 mars dernier par les autorités sanitaires belges, la nouvelle a pu inquiéter les propriétaires d’animaux domestiques. Deux cas de chiens contaminés à Hong Kong, et celui d'un tigre à New York, avaient déjà été reportés, mais restent des exceptions. 

Dans le compte-rendu du conseil rassemblé en urgence pour analyser cette découverte et évaluer les risques de transmission entre l'homme et l'animal, publié le 31 mars, l’Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) indique : « Le chat s’est révélé positif au virus SARS-CoV-2 à partir d’échantillons successifs de matières fécales et de liquides gastriques. »



Elle détaille également les symptômes dont a souffert le félin et qui consolident la thèse de la contamination. « Ce chat a montré des signes cliniques (anorexie, diarrhée, vomissements, toux et respiration superficielle) révélés lors d'examens quotidiens qu'un vétérinaire a réalisé par vidéo et grâce aux contacts téléphoniques avec la propriétaire. »


Cette dernière, testée positive au Covid-19 après un voyage en Italie, a très probablement contaminé le chat à son retour. L'animal va mieux aujourd’hui, et il est trop tôt pour affirmer que le virus est un danger pour les animaux domestiques. D’une part, le nombre de cas extrêmement faible ne permet pas de tirer de conclusions. D'autre part, les deux cas rapportés dans l’espèce canine étaient asymptomatiques. Le chat liégeois reste un cas très rare et des tests pour exclure d’autres causes étiologiques [étude des causes et des facteurs d'une maladie, NDLR] doivent encore être réalisés. 


Le 22 avril, aux Etats-Unis, c'était au tour des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) d'annoncer officiellement que deux chats avaient également été infectés à New York. Si le maître du premier félin avait bien été testé positif, le propriétaire du second lui n'a présenté aucun symptômes du Covid-19. Mais il est trop tôt pour en tirer des conclusions alors que les tests sérologiques ne sont pas encore accessibles.


Par ailleurs, selon Gilles Salvat, directeur général délégué pour la recherche et référence de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), la transmission du chat vers l’humain est quasiment impossible. Néanmoins selon les autorités sanitaires, il convient de respecter des mesures sanitaires avec son animal au sein du foyer.



Une étude, publiée le 31 mars par l’Institut de recherche vétérinaire de Harbon sous la direction du virologue Zhigao Bu, a été menée pour juger de cette possible transmission entre l’homme et l’animal. L’étude n’a pas encore été validée par la communauté scientifique, mais les conclusions apportées par les chercheurs sur la transmission indiquent une plus grande sensibilité des chats relativement aux autres espèces animales. Cette affirmation reste cependant à nuancer. Dans la revue scientifique Nature, la virologue Linda Saif de l’université de l’Ohio dresse un premier bilan de l’enquête : « Les résultats sont basés sur des expérimentations menées sur un petit nombre d’animaux à qui on a donné délibérément le virus SARS-CoV-2. Cela ne représente en rien les interactions réelles entre l’homme et l’animal. »



JS a interrogé Gilles Salvat, directeur des recherches de l’ANSES, pour qu’il donne les contours de cette recherche. 



Gilles Salvat, directeur des recherches à l'ANSES

JS : Comment s'est déroulée cette étude ?
Gilles Salvat : L'équipe chinoise a testé plusieurs types d’animaux : des chiens, des cochons, des poulets, des chats et des visons. Alors, pourquoi le vison ? Parce que c’est souvent un modèle pour multiplier un virus humain. Ils ont inoculé le virus à cinq chats. Ces chats n’ont pas développé de symptômes, mais deux ont été testés positifs. En les mettant en contact avec d’autres chats, dans des conditions protégées évidemment, ils ont pu transmettre le virus à un seul d'entre eux. Cela n’explique pas si le virus est réellement contagieux.


Que montre cette étude sur la différence de réception entre les animaux ?
Nous pouvons déjà voir qu’à l’exception du chat, tous les animaux testés sont insensibles au virus. Le virus ne s'est pas multiplié dans leur corps lors des expérimentations. À Hong Kong, par exemple, les deux chiens ont pu l’attraper car ils se trouvaient dans la même pièce, étroite, que leurs propriétaires malades. Le chat est probablement plus sensible, pour autant les doses extraites ne sont pas compatibles avec une transmission. La plupart du temps, les chats sont asymptomatiques.


Les résultats sont-ils à prendre au mot ou faut-il les utiliser avec précaution ? 
L’étude chinoise a été faite en inoculant par voie intra-nasale du virus pur en très grande quantité, on est très loin des conditions de contamination réelles. Il n’y absolument pas lieu de s’inquiéter de la présence d’un chat dans son foyer. Au contraire, les animaux domestiques dans ces périodes de confinement sont aussi une source de réconfort !




Les animaux sauvages sont-ils plus sensibles au Covid-19 ?



De son côté, Numerama a consacré un article aux risques de contamination des animaux sauvages, après l'annonce de tigres et de lions testés positifs au zoo de New York.


Les animaux domestiques ne possèdent pas les mêmes récepteurs que les êtres humains, ils ne peuvent donc subir une contamination inter-espèces. Mais la question est plus complexe pour certains animaux sauvages, à l’instar du tigre de New York, en raison de leur proximité génétique avec les humains. Des chercheurs, ceux du Great Ape Health Consortium par exemple, s’inquiètent pour les grands singes, notamment les chimpanzés, qui possèdent 95 % d’ADN en commun avec nous.
Pour le moment, à New York, la piste d’un soigneur asymptomatique est privilégiée. Cependant, Numerama rappelle “qu’il existe bien des « coronavirus félins », qui peuvent infecter exclusivement les félins et pas les humains, mais le coronavirus SARS-CoV-2 n’en fait pas partie et s'est essentiellement adapté aux cellules humaines.” Il est donc encore trop tôt pour tirer une conclusion sur ce cas du zoo new-yorkais. Une chose est sûre : le processus de contamination des animaux domestiques est à différencier de celui de la contamination des animaux sauvages.

Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et essentiellement vraie

Première apparition sur le web
27 Mar 2020
Dernière modification de la fiche de l'enquête
02 Jul 2020
Lieu de publication constaté

Non renseigné

Actions entreprises par les journalistes

Nous creusons le sujet pour s'assurer des preuves scientifiques apportées et pour limiter les questionnements sur les craintes autour des animaux de compagnie. Un chat a bien été infecté par le nouveau coronavirus en Belgique, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires belges, déclaration de Emmanuel André, un des porte-parole des autorités belges. Deux chiens avaient déjà été testés positif au Covid-19 en Corée du Sud et à Singapour. Nous avons interrogé Gilles Salvat, directeur délégué à la recherche à l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) et auteur d'un avis sur la question pour analyser cette découverte. Nous avons également recueilli un communiqué de la SPA réagissant à cet événement.

Pistes et conclusions

Un chat a bien été infecté par le nouveau coronavirus en Belgique, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires belges, déclaration de Emmanuel André, un des porte-parole des autorités belges. Deux chiens avaient déjà été testés positif au Covid-19 en Corée du Sud et à Singapour Nous avons interrogé Gilles Salvat, directeur délégué à la recherche à l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) et auteur d'un avis sur la question pour analyser cette découverte. Nous avons également recueilli un communiqué de la SPA réagissant à cet événement.

Equipe Journalistes Solidaires

Tim Vinchon

Lina Fourneau

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable