Photo d'une boîte à livres à Rennes / Crédits : Cypriane El-Chami

Une boîte à livres condamnée en Bretagne à cause du Covid-19 ?

Dernière édition le 09 Jan 2021 12:36:32 - Relecture par Anne Smadja , correction par Claire Guérou , coordonné par Guillaume Amouret

C'est vrai

En bref

Depuis le début de l'épidémie de Covid-19, de nombreuses mesures de précaution sanitaire prises par les élus ou le gouvernement ont soulevé doutes et débats. C'est le cas de la suspension de l'accès à cette boîte à livres, décidée par la mairie.

Dans un post Facebook daté du 11 novembre 2020 et supprimé depuis, un internaute publie la photo d'une boîte à livres entourée d'un ruban de balisage blanc et rouge semblant indiquer que l'accès à celle-ci serait interdit. La photo est accompagnée du commentaire suivant : «Après la fermeture des librairies, voici une pathétique escalade dans l'absurdité, le pic de la bêtise n'est pas encore atteint...» Publiée sur le compte privé de l'internaute, cette photo a quand même généré 94 réactions, 30 commentaires et près de 600 partages avant sa suppression. L'auteur de la publication n'a pas répondu à Journalistes Solidaires pour indiquer s'il était bien aussi à l'origine de la photo.


Capture d'écran du post Facebook

La rédaction de Journalistes Solidaires a pu reconnaître le lieu où a été prise cette photo grâce à un article de La Presse d'Armor paru lors de l'inauguration de la boîte à livres le 25 septembre 2020. Elle se situerait dans la commune de Plouézec, dans les Côtes-d'Armor (22). Son fonctionnement est précisé dans l'article : «Les premiers livres proposés venaient de la bibliothèque de l’adjointe ainsi que d’un reliquat restant en mairie, mais très vite, le brassage s’est fait. […] Le principe est on ne peut plus simple : on prend un livre, on en dépose un autre (ou pas), on ramène son livre (ou pas)…» Malgré de nombreuses sollicitations, la mairie de Plouézec n'a pas souhaité répondre aux questions de la rédaction pour confirmer ou infirmer la condamnation de cette boîte à livres.


Une situation isolée ?


Des exemples dans la presse témoignent de la fermeture de boîtes à livres dans certaines villes lors du premier confinement, comme à Orléans (condamnées expressément par arrêté municipal) ou à Bray-sur-Somme (annoncé par la mairie dans un post Facebook). À l'inverse, à Rouen, les boîtes à livres seraient restées accessibles et auraient même été employées pour mettre à disposition des denrées alimentaires et des attestations de déplacement dérogatoire pour les personnes sans-abri.


La rédaction de Journalistes Solidaires a contacté d'autres villes des Côtes-d'Armor, le département où se situe Plouézec, pour savoir si des mesures similaires avaient été prises. 


La mairie de Dinan précise par e-mail :



«Effectivement depuis le confinement en mars, nous avons temporairement retiré nos 6 boîtes à livres pour des questions d’hygiène et de sécurité. C’est bien une décision municipale. Nous en avons profité pour les restaurer afin qu’elles soient de nouveau opérationnelles dès la fin du reconfinement.»



Par e-mail également, la mairie de Guingamp détaille :



«La ville de Guingamp ne dispose pas de boîtes à livres mais seulement d’une cabane à dons gérée par un collectif de citoyens. Cette cabane à dons a été fermée lors du premier confinement à la demande des personnes gestionnaires et avec [l’accord de la directrice générale des services de la mairie, ndlr] mais il a été décidé conjointement qu’elle serait maintenue ouverte pendant la durée de ce deuxième confinement.»



Contactés par téléphone, les services de la mairie de Lannion répondent :



«Non, les boîtes à livres sont toujours accessibles sur les places publiques.»



Un choix laissé à l'appréciation des maires


Si la situation varie ainsi de commune en commune, c'est parce qu'aucune mesure gouvernementale ne précise la démarche à suivre dans le contexte sanitaire actuel pour les boîtes à livres, ni pour les boîtes à dons plus généralement, présentes dans l'espace public. Rien n'est mentionné à cet égard dans le décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020 «prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire», en vigueur pour le deuxième confinement.


C'est ce que confirme le service de presse de l'Association des maires de France (AMF), consultée sur le sujet, par e-mail : «Nous n’avons aucun élément sur ce sujet de notre côté. Nous n’avons pas eu de retours des élus sur cette question.» 


Quel accès aux livres lors du confinement de novembre 2020 ?


Lors du second confinement, les librairies, considérées comme commerces non essentiels, ont été fermées au public à partir du vendredi 30 octobre 2020 et n’ont rouvert que samedi 28 novembre 2020 sous conditions. Pour éviter toute concurrence déloyale avec ces petits commerces, le Premier ministre Jean Castex avait également demandé la fermeture de certains rayons en supermarché.



Journalistes Solidaires s’est penchée le 2 décembre dernier sur le compte Twitter «La libraire fâchée» qui s’était opposé, lors du second confinement, à la réouverture des librairies. Une prise de position à contre-courant qui a semé le doute sur le véritable métier de la personne tenant ce compte. Retrouvez l'article par ici.



Quant aux bibliothèques, l'article 45 du décret du 29 octobre 2020 prescrivant les nouvelles mesures sanitaires précise que celles-ci ainsi que les centres de documentation ne peuvent accueillir de public. Cependant, par le décret du 2 novembre 2020, le retrait et la restitution de documents réservés sont autorisés, tout en maintenant les gestes barrières préconisés, de même que pour les librairies.


En Suisse, l’association La Nuit de la lecture, qui crée des boîtes à livres à Lausanne, y a apposé le visuel ci-après, rappelant les mesures de précaution à suivre lors du dépôt ou de la récupération de livres partagés, en reprenant les recommandations de l’Office fédéral de la santé publique de Suisse (OFSP). À l'exception de la ville de Bessancourt (95) qui a diffusé le visuel suisse sur sa page Facebook, il ne semble pas que des documents officiels équivalents, spécifiques à l’utilisation des boîtes à livres, aient été diffusés en France.



Si aucune mesure gouvernementale liée à la situation sanitaire ne régit le partage de livres à travers les boîtes à livres, la recherche a étudié la survie du virus sur les différents matériaux et surfaces relatifs au monde du prêt de documents. Une étude menée par le projet REALM (qui œuvre pour la réouverture des musées, bibliothèques et centres d'archives aux États-Unis) publiée le 22 juin 2020 et mise à jour le 14 octobre 2020, décrit les premiers résultats des tests en laboratoire : après trois jours de quarantaine, le virus n’était pas détectable sur des livres reliés ou brochés ayant été préalablement contaminés, aussi bien que sur le papier de ces livres, les couvertures en plastique et les boîtes de DVD.


Ces études sont notamment suivies de près par la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA), qui a recensé l'ensemble des études et des mesures prises dans différents pays du monde pour faire face à l'épidémie tout en permettant un accès sécurisé aux livres.



En bref


La boîte à livres de Plouézec semble bien avoir été condamnée par la mairie lors du deuxième confinement.
Question inexistante au sein des mesures sanitaires dictées par le gouvernement, la condamnation ou non des boîtes à livres et autres boîtes à dons est du ressort de chaque mairie.


Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et vraie

Première apparition sur le web

Non renseigné

Dernière modification de la fiche de l'enquête
11 Dec 2020
Lieu de publication constaté

Non renseigné

Actions entreprises par les journalistes
  • Authentification du lieu de la photo (et de la boîte à livres) à Plouézec, dans les Côtes d'Armor (22)
  • Prise de contact avec la mairie de Plouézec -> contactée le 12/11, relancée le 16/11 et le 18/11
  • Prise de contact avec l'Association des maires de France (AMF) concernant d'éventuelles mesures particulières communiquées à propos des boîtes à livres et boîtes à dons -> contactée le 12/11 (appel), relancée le 16/11 et le 18/11
  • Tour d'horizon d'autres condamnations de boîtes à livres et boîtes à dons suite à la Covid-19
  • Prise de contact avec l'auteur du signalement le 23/11
Pistes et conclusions

Il s'agit d'une boîte à livres située dans les Côtes d'Armor (22), dans la commune de Plouézec. Contactée à plusieurs reprises, la mairie de Plouézec n'a pas souhaité répondre aux questions de Journalistes Solidaires. D'après l'Association des maires de France, aucune consigne particulière n'a été communiquée aux mairies concernant les boîtes à livres et boîtes à dons plus largement. Les mesures gouvernementales françaises n'incluent aucun protocole particulier concernant les boîtes à livres et boîtes à dons, la prérogative est laissée à l'appréciation de chaque mairie.

Equipe Journalistes Solidaires

Cypriane El-Chami

Tim Vinchon

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable