Photo de Skitterphoto sur Pexels

Une «taxe Covid» vient-elle d'entrer en vigueur dans les restaurants ?

Dernière édition le 05 Jun 2020 16:14:43 - Relecture par Nelly Pailleux , correction par Sarah Djerioui , coordonné par Lina Fourneau

C'est essentiellement faux

En bref

Le 28 mai dernier, un internaute publie sur Facebook un ticket de caisse d’un restaurant sur lequel figure un supplément nommé «aide au coronavirus», qu'il prend pour une nouvelle «taxe». En réalité, cette mesure tarifaire découle d’une politique interne à l'entreprise.


«Ça commence !! Taxe, supplément obligatoire, accord du client ?? À qui le tour !!» s'exclame l’internaute dans la description accompagnant la photo du ticket de caisse, daté du 28 mai 2020. Un prix de 25 centimes pour «aide au coronavirus» s'ajoute bien au montant du déjeuner de ce client.


Sur le ticket de caisse, le libellé «RIE CORBAS» permet d’identifier sa provenance. Il s’agit en réalité d’un restaurant inter-entreprise situé dans la zone industrielle de Corbas (Rhône). Jusqu'en 2014, ce service était géré par Sogeres, un acteur français de la restauration collective. Depuis, il est passé aux mains de la société MRS.


En réalité, cette mesure relève d’une décision interne, et ne correspond pas à une taxe comme l'affirme cet internaute.





Un supplément appliqué dans d'autres commerces


Coiffeurs, garagistes... Ces derniers jours, plusieurs internautes ont été interpellés par certains prix à la hausse chez leurs commerçants. Comme pour ce restaurant de la zone industrielle de Corbas, ils répondent avant tout au temps et au coût qu'induisent le respect des mesures barrières.


Selon 60 millions de consommateurs, «les prix sont fixés librement en France et chaque professionnel a donc le droit d’appliquer ceux qu’il souhaite, à une condition toutefois : informer très clairement son client au préalable par une affiche visible et lisible en boutique – ainsi que dans le devis, s’il y a un devis


Dans le cas contraire, un signalement peut être adressé sur le site officiel SignalConso.



Contacté par Journalistes Solidaires, le directeur de la société MRS Rhône-Alpes, Marc Laffont confirme l'ajout de ce supplément, mais indique que ce coût avait été signalé en amont à l’ensemble des utilisateurs de ce service de restauration. «C’est plus honnête de faire cela plutôt que de noyer des coûts dans les prix des repas. Si demain, les mesures s’estompent, ce support de 25 centimes disparaitra. Si on avait mis quelques centimes à droite, à gauche, ça ne se serait pas vu.»


Une décision avant tout liée aux mesures sanitaires à prendre depuis la réouverture des restaurants d'entreprise.



«Le tout peut coûter cher. On a trois masques par jour par salarié, on a des gants, du gel. On a dû réduire les places en salle de 50 %… donc ça a une conséquence», souligne Marc Laffont.



Le client est informé de ce nouveau prix dès l’entrée du restaurant, par une affiche, affirme le directeur. Et pour les salariés travaillant dans le restaurant, cette nouveauté est une sage décision.


«Avec la mise en place des gestes barrières, le gel hydroalcoolique en arrivant, la désinfection des toilettes... tout prend plus de temps et notre capacité de 300 couverts a été réduite»,_ _raconte ce salarié du restaurant.


De plus, comme l'explique ce même salarié, ce restaurant inter-entreprise a fait des efforts au niveau des prix pour sa clientèle ; pour respecter les mesures barrières, les fontaines à eau, gratuites, ont par exemple dû être coupées, et le restaurant a alors décidé de baisser le prix des bouteilles d'eau.



En bref


Le supplément «aide au coronavirus» affiché sur ce ticket de caisse, imprimé le 28 mai dernier, n'est pas appliqué à l'ensemble de la restauration en France et n'est en rien lié à une décision gouvernementale.


Si ce restaurant inter-entreprise a effectivement ajouté ce prix à la somme totale du ticket, le client avait dû en être au préalable informé. Cette décision vise à répondre aux coûts de la mise en place des mesures barrières.


Fiche Enquête

La fiche ci-dessous résume le parcours et la méthodologie employés pendant notre enquête.

Information

Vérifiée et essentiellement fausse

Première apparition sur le web
31 May 2020
Dernière modification de la fiche de l'enquête
05 Jun 2020
Lieu de publication constaté

Non renseigné

Actions entreprises par les journalistes
  • Sur Facebook, le post partagé par Bastien Roshar a été partagé plus de 8000 fois. Mais cette taxe est-elle vraiment applicable ? Existe-il par exemple un décret ?
  • Le ticket de caisse est daté du 28 mai 2020.
  • Le ticket de caisse semble provenir d'un restaurant inter-entreprises de la villle de Corbas (Rhône).
  • Sur la page d'Hoax Buster, on s'interroge : «Comment savoir si c'est une facturation spécifique genre prise en charge du coup des mesures sanitaires ou si c'est un don volontaire ?»
Pistes et conclusions
  • Selon 60 millions de consommateurs :

«Nombre de nos lecteurs s’interrogent sur la légalité de ces suppléments. Les prix sont fixés librement en France et chaque professionnel a donc le droit d’appliquer ceux qu’il souhaite, à une condition toutefois : informer très clairement son client au préalable par une affiche visible et lisible en boutique – ainsi que dans le devis, s’il y a un devis.

En cas d’abus manifeste – si, par exemple, aucune mesure de protection particulière n’est mise en place ou si le tarif est clairement trop élevé –, vous pouvez faire un signalement sur le site officiel SignalConso à la rubrique coronavirus.»

  • Selon 60 millions de consommateurs, les commerces comme les coiffeurs ou les garages peuvent facturer en plus les mesures sanitaires.

  • Une taxe a également été ajoutée aux Etats-Unis, pour compenser les pertes lors de la crise sanitaire.

  • Mais ici, le restaurant est en réalité un restaurant inter-entreprise de la société Sogeres, spécialisée dans la restauration d'entreprise.

  • Selon l'employé du restaurant, ce prix sert à compenser les mesures sanitaires mises en place.

  • Selon le directeur de la restauration, Monsieur Laffont, la démarche a été annoncée en amont et reste selon lui honnête car le prix est entièrement visible, et aurait pu à la place augmenter le prix des menus.

Equipe Journalistes Solidaires

Lina Fourneau

© Journalistes Solidaires

Report a bug - Design & Code by Amaury - Powered by Airtable